Actualité

- Ensemble Tempus -

22 Novembre

Festival Marrakesch Classics - Belgique

L’ - Ensemble TEMPUS - est un jeune quatuor formé de la Mezzo-Soprano française Sarah Théry, du violoncelliste polonais Kacper Nowak, du joueur de Oud tunisien Akram Ben Romdhane et du percussionniste brésilien Nyllo Canela. Créant des ponts entre les cultures, le quatuor s’attache à redécouvrir la musique classique en y amenant un éclairage nouveau.

A la confluence des cultures l’ - Ensemble TEMPUS - mélange les genres et navigue de la musique classique aux musiques traditionnelles en passant par le jazz, avec des musiciens nourris par des courants aussi divers que la chanson française ou les musiques électroniques. Dans la pure tradition baroque, le quatuor redécouvre le répertoire dans des arrangements originaux, conçu pour et par eux, basés sur l’improvisation instrumentale, la recherche rythmique et l’utilisation d’effets sonores impressionnistes.

Dans un monde où les clivages sociaux et sociétaux se durcissent et où les flux migratoires s’intensifient il est important de se rappeler qu’il y a des langages communs, basés sur l’écoute et l’entente. - TEMPUS - c’est l’entité indivisible, le tout avant le chacun, l’unité plutôt que la division : une rencontre musicale qui redéfinit les codes préétablit et relie les traditions musicales entre elles dans l’espace et dans le temps.

Ce qui vit en nous

5 au 9 Novembre

Théâtre La Balsamine - Bruxelles

Opéra de Baudouin de Jaer

Mise en scène, Livret et Scénographie - Stéphane Arcas

Ensemble Besides - Direction Martjin Dendievel

Lucy - Sarah Théry

Sky - Nicolas Luçon

Dr Diamond - Xavier de Lignerolles

Au beau milieu d’un espace inconnu, un jeune homme amnésique tente de rassembler des bribes de souvenirs pour y trouver la raison de sa présence. Une infirmière le rejoint mais ne parvient pas à l’éclairer sur sa situation. Après diverses hypothèses absurdes, le rideau se lève sur la réalité : il s’agit d’une salle d’autopsie.

Ce qui vit en nous est une comédie chantée dans laquelle chacun des personnages pose la question de la mort et de son omniprésence dans l’esprit de tout être vivant. Tour à tour, ils dressent à leur façon le portrait de cette sensation d’« inquiétante étrangeté », comme la nommait Freud. Elle est le lieu où le quotidien se mue en ombre et où le vivant et l’inanimé entrent en collusion. Elle se loge ainsi dans tout ce qui nous est familier. Absente de nos pensées, dans le tourbillon de nos activités, la Faucheuse apparaît sans prévenir et l’on s’aperçoit, alors, qu’elle était là, depuis le début. Elle est ce qui vit en nous.

Le Silence des Ombres

25, 27, 29 Septembre

2, 4, 6 Octobre

KVS

Opéra de Benjamin Attahir

Mise en scène - Olivier Lexa

Orchestre de chambre de La Monnaie

Avec ses pièces à la fois sublimes et troublantes, le prix Nobel de littérature belge Maurice Maeterlinck a introduit à lui seul le grand changement qui allait ouvrir la voie au théâtre du XXe siècle. Aujourd’hui, ses Trois petits drames pour marionettes constituent le livret d’une nouvelle création mondiale commandée par la Monnaie. Sous le titre Le Silence des ombres, le compositeur et chef d’orchestre Benjamin Attahir et le metteur en scène Olivier Lexa jouent la carte de l’invisible et de l’indicible, pour un triptyque plein de tension contenue.

Überwältigung

du 12 au 28 Juillet

Nibelungen Festspiele Worms

Pièce de Théâtre de Thomas Melle

Depuis 2002 le Nibelungen Festspiele propose des réécritures théâtrales de l'Anneau du Nibelung, la tétralogie de Wagner. A l'été 2019, c'est à Thomas Melle qu'à été confiée cette tâche. Mise en scène par Lilja Rupprecht, avec une création musicale signée Friederike Bernhard, la pièce sera jouée en pleine air sous le dôme face à la cathédrale de Worms.

0.jpg

Opéra de-ci, de-là

14 et 15 Juin

Aix en Provence

Académie du Festival d'Aix en Provence, projet d'opéras miniatures urbains

Encadrement: Anthony Heidweiller

Fruit d’un riche dialogue interdisciplinaire et interculturel entre jeunes créateurs et interprètes de l’Académie et créés à partir de textes de Sabryna Pierre s’inspirant d’interviews de 4 figures marquantes d’Aix, ces mini-opéras ont été conçus pour être joués dans 4 lieux insolites et typiques de la ville.

Dans Douceur, la compositrice Ursula Jasovec, la metteuse en scène Luna Muratti, la violoncelliste Polina Streltsova,  la mezzo-soprano Sarah Théry et la oboiste Laetitia Cottave vous proposent partager avec elles une expérience de deuil et de renaissance au rythme immuable de la superbe fontaine de la place d'Albertas.

Le Furieux

7 Juin

Théâtre des Capucins, Luxembourg

Création collaborative et participative co-écrite par le collectif La meute

Librement inspiré d'Onysos le furieux de Laurent Gaudé

Concept, mise en scène et dramaturgie - Claire Pasquier

Composition - Jane Dickson

Scénographie, costumes - Bastien Poncelet

Artiste lyrique et préparation musicale - Sarah Théry
 


Le Furieux est un opéra participatif. C’est une écriture collective et pluridisciplinaire, un caméléon qui s’adapte au territoire, une histoire à notre image. C’est une réalité sonore augmentée, un chœur citoyen, un cri libérateur, une symphonie pour grille-pains.
Claire Pasquier met en scène des projets participatifs articulant différents langages scéniques. Elle ancre sa recherche dans l'actualité à travers des processus interactifs et la co-création avec les participants. La compositrice Jane Dickson questionne la virtuosité et les méthodes de production. Elle recourt à l’électronique en direct pour destabiliser et perturber. Elle s'intéresse à la représentation des genres et à la définition de la voix d'opéra. Bastien Poncelet est scénographe et performeur. Sa démarche repose sur la relation public-artiste-institution culturelle et sur la discordance entre l’incongruité de la situation mise en scène et l’importance du message porté. Sarah Théry, mezzo-Soprano, se consacre à un large répertoire allant de la musique baroque à la création contemporaine. L’accessibilité de la musique classique à un large public est devenue son cheval de bataille, l’amenant à explorer de nouvelles formes de performances. Les quatre artistes créent ensemble le collectif La meute afin de développer leur recherche sur les pratiques participatives. Ils expérimentent avec Le Furieux une co-création à partir d'une "partition augmentée" qui intègre des indications sonores, dramaturgiques et visuelles.