SOTTO VOCE

 A l’origine du projet SOTTO VOCE, il y a la volonté de faire connaitre la musique classique à des publics qui, pour des questions de fracture sociale et culturelle, de méconnaissance ou de budget, n’y ont pas accès et ne se sentent pas concernés par l’opéra, les concerts symphoniques ou la musique de chambre. Ce qui m’importe dans mon métier, c’est de construire des passerelles entre les mondes, faire découvrir l’atemporalité des œuvres classiques à des publics novices ou plus confirmés, de créer ou réinventer des espaces de rencontre et d’appropriation musicales.

Ainsi SOTTO VOCE propose des récitals de musique de chambre dans des écoles, des centres pour sans abris, des hôpitaux ou des centres pour réfugiés. Des concerts avec une dimension pédagogique, mêlant musique et narration afin de remettre les œuvres dans leur contexte, de les lier entre elles. En duo, en trio, en quatuor, ce sont des moments particuliers où le dialogue est au centre, où les artistes, au delà d’être de simples interprètes y expliquent leur rapport à leur instrument et aux morceaux proposés. Tenter enfin de mettre le passé au présent, en montrant l’universalité de ces textes et en les mettant en résonance avec le monde d’aujourd’hui.

 

SOTTO VOCE donnait, en novembre 2017, un concert à la prison pour homme de Ittre, en Belgique. Cette expérience décisive nous fit prendre conscience de l’urgence sociale d’une telle démarche, tout en nous laissant un arrière-gout d’inachevé. En effet, après un moment aussi fort, l’envie de développer un vrai dialogue et d’approfondir la rencontre s’est vraiment fait sentir. Nous avons donc ajouté un nouveau volet à notre activité et SOTTO VOCE propose aujourd’hui des ateliers participatifs en prison : un travail sur un temps long afin de faire découvrir aux détenus leur voix, de les « mettre en voix », tout en les familiarisant avec la musique classique. L’enjeu se dédouble, entre la pratique – celle du chant, de la respiration – et l’écoute – l’écoute de la musique, mais aussi l’écoute de l’autre. Parce que trouver sa voix, c’est traduire son sentiment dans le fond et dans la forme pour tendre vers une parole plus juste.

Nous mettons tout en œuvre pour étendre ce projet à d’autres prisons, notamment des prisons pour femmes, mais aussi à d’autres types de centres fermés, comme des centres pour réfugiés. 

SOTTO VOCE c’est une volonté de construire des passerelles entre les mondes, de faire découvrir l’atemporalité des œuvres classiques à des publics novices ou plus confirmés, de créer ou réinventer des espaces de rencontre et d’appropriation musicales.