Sarah_Thery_1A_bis_©CiciOlsson.jpg

A PROPOS

Mezzo à la signature vocale très reconnaissable, Sarah Théry se remarque par ses choix musicaux originaux. Musicienne éclectique, elle se consacre à un large répertoire allant de la musique baroque à la création contemporaine. Chanteuse militante, elle œuvre à rendre la musique classique accessible à un large public et explore de nouvelles formes de performances pour les adapter aux spectateurs. Elle est ainsi à l’initiative de nombreux spectacles alliant la musique classique et d’autres formes d’art, telle la littérature, la danse, ou la musique actuelle.

Elle allie sa passion pour l'écriture et la littérature à son travail de musicienne en présentant régulièrement des concerts radiophoniques sur la station de musique classique de la RTBF, Musiq3.

En 2008, sa licence de Lettres Modernes en poche, elle décide de se consacrer intégralement au chant lyrique qu’elle pratique depuis toute petite. Elle part alors en Allemagne et sort diplômée d’un Master de la Hochschule für Musik und Theater de Leipzig en 2014 avant de venir se perfectionner en Belgique à la Chapelle Musicale Reine Elisabeth auprès de José van Dam et Sophie Koch.

Aujourd’hui, Sarah se produit régulièrement avec des orchestres prestigieux tels que le Brussels Philharmonic, le Gewandhausorchester et l’orchestre de l’Opéra Royal de Wallonie. Elle est invitée par de nombreux festival, le Festival d’Aix, le Festival Musiq3, le Festival Ysaye, le Festival Musicorum, le MuCH Waterloo Festival ou le Festival Klasik Keyfler en Turquie. A l'opéra, elle s’illustre dans les rôles du Prince Orlowsky (La Chauve Souris, J. Strauss), de Romeo (I Capuleti et i Montecchi, V. Bellini), de Dryade (Ariadne auf Naxos, R. Strauss), ou encore de la 3ème Dame (La Flûte Enchantée, W.A. Mozart). Elle collabore régulièrement avec le théâtre et se produit au côté de Pietro Pizzuti et de l'ensemble baroque Les Muffatti dans la pièce Viva ! de Vincent Engel. En 2022 elle sera la Mère dans le spectacle jeune public de la compagnie Karyatides, Frankenstein.

Sa curiosité pour le répertoire et la création contemporaine l’amène à travailler avec des ensembles contemporains autant en musique de chambre (Le Marteau sans Maitre de Pierre Boulez avec l’Ensemble Tempus Konnex) qu’à l’opéra avec, notamment, la reprise de Frülings Erwachen de Benoit Mernier ou Phone call to Hades composée par Cathy van Eck qu'elle a joué au Festival d'Aix. La saison 2019/2020 aura été marquée par  trois créations, Le Silence des Ombres de Benjamin Attahir à la Monnaie, le premier rôle dans l'opéra de chambre de Baudouin de Jaer et Stéphane Arcas Ce qui vit en nous au théâtre de la Balsamine ainsi que le rôle chanté de Brünhilde dans la pièce de T. Melle Überwältigung au NibelungenFestspiele sur une musique de Friederike Bernhardt.

Rendre la musique classique accessible à un large public est devenu son cheval de bataille, l’amenant à explorer de nouvelles formes de performances pour les adapter aux spectateurs. Ainsi, en 2019, l’Ensemble Tempus voit le jour, un quatuor atypique qui redécouvre la musique baroque en y alliant des sonorités nouvelles venues du Brésil et du Maghreb. Avec Traversée, qu'elle a construit avec la guitariste Gaëlle Solal, elle est partie à la recherche de compositrice méconnues et oubliées, un projet de musique de chambre qui a fait l'objet de son premier enregistrement et qui sortira courant 2022. Pour la saison 2020/2021 le Festival d’Aix en Provence lui a commandé un spectacle participatif tout public. Elle a ainsi écrit Vibrations en partenariat avec le vibraphoniste Etienne Fauré et la metteuse en scène Jeanne Roussel, spectacle dont ils ont déjà donné plus de 20 représentations en région Provcence-Alpes-Côte d'Azur et avec lequel ils partiront en tournée en Belgique en 2023.

 

Elle a de plus fondé le Collectif Meute avec qui elle écrit et crée des spectacles ayant en leur cœur l'hybridation des musiques et des formats et des processus de création. L’équipe développe une démarche politique, défendant représentation et égalité pour tous. Le Collectif Meute questionne les formes performatives et les parcours de création pour qu'ils soient un espace de liberté et de co-construction, un outil de cohésion laissant de la place à la pratique amateur sur le plateau et en coulisse. Le collectif met donc en place des collaborations pluridisciplinaires, horizontales, engagées et accessibles aux non-professionnels.